En temps de crise, Milan va plus loin dans sa transition positive !

Actuellement, le monde est confronté à une crise à la fois sanitaire, sociale et économique, due à la pandémie du Covid-19. Les territoires, au plus proche du quotidien des citoyens, sont en première ligne pour faire face à cette situation, redoublant d’efforts et de créativité.  La prise en compte du long terme et de l’intérêt des générations futures, piliers de l’économie positive, est la clé pour leur permettre d’imaginer le monde d’après. Milan, avec son plan ambitieux de mobilités douces, est un bel exemple qui, nous l’espérons, en inspirera d’autres.

Fin avril, la mairie milanaise a annoncé la mise en place du plan « Strade Aperte » (routes ouvertes). Celui-ci prévoit la piétonisation et la construction de 35 kilomètres de routes qui compléteront les 220km actuels, d’ici décembre 2020. Les principales artères de la ville seront concernées.  La réduction de la vitesse à 30 kilomètres par heure est également envisagée aux endroits où l’élargissement de la chaussée est impossible.

Les travaux devraient commencer dès le début du mois de mai par la principale rue commerçante de la ville : Corso Buenos Aires.

L’objectif est de repenser les logiques d’occupation des rues, en réduisant la place de la voiture au profit des mobilités douces et de rendre la circulation plus sûre.

Milan, principal pôle économique et touristique national, est une des régions les plus polluées du pays.

Elle fait partie du Top 5 des villes européennes, où la concentration de particules fines est la plus dangereuse, selon l’OMS. L’Italie a été épinglée par l’Union Européenne plusieurs fois pour avoir dépassé les limites recommandées de pollution atmosphérique.

Le plan « Strade Aperte » devrait permettre de réduire les émissions dues aux voitures tout en respectant les effets et contraintes de la pandémie comme la distanciation sociale : les trottoirs seront élargis pour maintenir un mètre de distance entre les piétons, des mesures de régulation des transports publics seront adoptés pour limiter l’affluence.